Londres Automne-Hiver 2016


London Fashion Week AW16 1
London Fashion Week AW16

Londres, mercredi 24 février. La Fashion Week s’achève. La ville reprend son (presque) calme et les créateurs britanniques leur sommeil. En 125 défilés et 6 jours, la capitale anglaise n’a pas révolutionné la mode mais nous a quand même conquis. 

Au fil des démarches assurées, on s’est laissé séduire par les collections, les matières et les coupes. On s’est imaginé revêtir les robes tout en transparence et papillons d’Alexander McQueen et on s’est vu porter les créations de dentelle et d’appliqués de Mary Katrantzou. Les détails d’Erdem nous ont ébloui et les accessoires de Christopher Kane, étonné. L’association bottines et broderies de Mulberry nous a prouvé que l’ère du Bayswater était bel et bien terminée et les volants immobiles de J.W. Anderson que la petite fille sage tournait une nouvelle page. On a retenu Gareth Pugh et sa double banane cannibale, Roksanda et ses empiècements de satin multicolores. Paul Smith a réinventé le plissé, Preen by Thornton Bregazzi le velours. Le bilan est convainquant, presque comme toujours.

Entre aristocratie rock et bourgeoisie pop, Londres connaît les recettes de son succès et les applique comme personne. Elle est la maîtresse d’un luxe accessible et pointu qui se retrouve en boutique comme dans la rue. On aime sa liberté et son audace – mais on les aurait souhaité plus poussées cette année. 

Le berceau de Vivienne Westwoord et Lee McQueen nous laisse un souvenir amusé, travaillé, décalé qui nous donnerait presque hâte de la rentrée… ou des défilés parisiens et milanais.

London Fashion Week AW16 3

London Fashion Week AW16 4

Première photo (de g. à d.) : J.W. Anderson, Gareth Pugh, Alexander McQueen, Mary Katrantzou./ Deuxième photo (de g. à d.) : Christopher Kane, Roksanda, Mulberry./ Troisième photo (de g. à d.) : Paul Smith, Preen by Thornton Bregazzi. 

Leave A Comment

Your email address will not be published.