Tendances et jours de pluie

   Le reste de l’hémisphère Nord baigne sans doute dans une douceur estivale enchanteresse ponctuée de baignades et de mojitos chargés mais à Londres, l’automne commence déjà à faire sentir sa présence pesante. Pluie, vent, températures avoisinant les quinze degrés… Au bout de trois semaines d’été presque consécutives qualifiées de quasi miraculeuses par certains, retour aux sources : la grisaille.

Quoi faire donc quand, fin août, on a le sentiment d’être en octobre ? Ma réponse est simple – et m’évitera certainement une dépression météorologique fatale : analyser les tendances de la rentrée, me perfectionner en détourage avec un Photofiltre approximatif mais gratuit, oser croire dur comme fer que je pourrai m’acheter toute la collection mailles de Chloé si j’arrête d’aller prendre des bières en sortant du bureau, puis me rabattre sur Mango et Asos lorsque je me rends compte que l’expérience est tragiquement non concluante. Un programme relativement complet et surtout facilement réalisable du fond de mon lit, une bougie qui crépite sur la table de nuit et des restes de cookies « tout choco » entre les dents.

Niveau mode, l’esprit seventies règne. Encore. Les créateurs et autres marques à suivre l’ont déjà exploité cet été, autant le ressortir cet hiver. 

Les pantalons droits ou évasés signées Frame Denim succèdent aux lignes slim, les bottines à franges, aperçues entre autres chez Paul Andrew, remplacent les modèles en cuir lisse et les manteaux courts sont troqués contre des cabans, des coupes nouées en laine ou des vestes en peau retournée griffés Nina Ricci et Paul & Joe.21 22

Côté pull, le douillet domine, certes, mais avec chic. La grosse maille se ceinture pour définir la taille, les robes en laine se portent avec des cuissardes et les mélanges de texture se multiplient.

On note également une présence importante du vinyle dans les collections de la saison. Une matière qui, si elle se colle à tous les métaux et sièges en skaï transformant ainsi un simple trajet de métro en véritable enfer, donne à coup sûr une allure façon Marianne Faithful et Françoise Hardy à tomber. Pour les plus belles pièces, on se rend chez Miu Miu qui a su ingénieusement le décliner en une robe droite sans manches effet croco ou chez Calvin Klein pour son trench-coat lie-de-vin qui mériterait bien quelques mois de régime pâtes.

Mais puisque comme bon nombre d’entre nous j’ai décidé de me vêtir ET de me nourrir, je penche plutôt pour des enseignes qui ne me demanderont pas de sacrifier mon loyer si je veux m’offrir une de leurs paires de chaussettes. Je me tourne vers Zara pour le daim, Topshop pour le cuir verni et du côté des sœurs d’H&M Cos et & Other Stories si je veux des mailles et jeux de volumes intéressants.

tendances automne hiver 2015

tendances automne hiver 2015

tendances automne hiver 2015

tendances automne hiver 2015

Seul bémol dans un océan de vintage bienvenu : ce retour en force de pièces indispensables d’hier me laisse penser avec crainte qu’un jour les Buffalo à flammes reviendront sur le devant de la scène – et sûrement dans une version revisitée par Pharell. Ne voulant pas prédire l’apocalypse tout de suite, je préfère néanmoins positiver et réaliser qu’à défaut de pouvoir profiter du soleil, me voilà habillée pour l’hiver.

Crédits (de g. à d.) : 1. Reiss, All Saints, Zara 2. & Other Stories, Zara, Reiss, All Saints 3. Reiss, Zara 4. Topshop

Leave A Comment

Your email address will not be published.